Points de vue / / Pourquoi la proposition de lier Dividendes et Salaires est-elle démagogique ?

Démagogie ? Manque de courage ou de réalisme ?

"Le chef de l'Etat propose de lier dividendes et « prime » pour les salariés"

voir http://www.lesechos.fr/economie-politique/fran/actu/0201288205060.htm?xtor=RSS-2010

Je ne suis pas opposé à ce qui est envisagé, pour autant que la réciprocité s'exerce : quand les dividendes diminuent, .....

De même, dans ce cas pourquoi ne corrigerait-on pas les cas où les salaires sont payés normalement et où aucun dividende n'est versé aux actionnaires ?

Pas sûr que ce soit dans l’esprit de ce qui est prévu !

Etre salarié et actionnaire sont 2 statuts différents, avec des devoirs et des avantages différents, mais cohérents dans l’ensemble :

- Actionnaire

* Engagement durable ; en particulier dans les entreprises non cotées, où la liquidité de la participation est faible

* Risque important sur l'engagement financier : possibilité de perte importante voire de disparition du placement effectué ; en cas de difficulté, les créanciers ordinaires sont prioritaires par rapport aux actionnaires

* En contrepartie, perspectives de plus-value importante à long terme

- Salarié

* Engagement à court terme : n'importe quel salarié (voire tous) peut quitter son entreprise en 2 à 4 mois selon le poste occupé, ce qui peut créer parfois de sérieuses difficultés pour l’entreprise donc l’ensemble des salariés qui en font partie

* Risque financier faible : les obligations de l'employeur imposent de respecter des salaires minimaux, qui augmentent chaque année

* Lien faible (c'est voulu) avec les résultats de l'entreprise : ce lien se fait à travers la participation des salariés (entreprises de plus de 50 personnes), et dans certaines entreprises à travers l'intéressement et les parts variables de rémunération

Globalement, les variations se font de la façon suivante :

- résultats de l'entreprise : variations très importantes (résultat net comptable fréquemment entre -5% et +7% du chiffre d'affaires)

- retour pour l'actionnaire (dividendes et plus ou moins-value à la revente) : variations importantes

- versements aux salariés (salaires + participation + intéressement + indemnités, ...) : variation atténuée (amortie) par rapport aux 2 autres points ci-dessus

A noter les propos exacts du chef de l'Etat :

"Je ne peux pas accepter que pour les entreprises du CAC 40 on ait pu distribuer plus de 40 milliards d'euros de dividendes pour les actionnaires et que, en même temps, on explique qu'il n'y ait pas d'argent pour les salaires"

Mais (voir http://www.ricol-lasteyrie.fr/doc/CAC%2040/Communique%20de%20presse%20CAC%2040%20Vdef.pdf PRESENTATION DU 4ème « PROFIL FINANCIER DU CAC 40 », Ricol Lasteyrie, 28/06/10) :

- Les charges de personnel des mêmes entreprises représentent environ 210 milliards d'euros.

- Les actionnaires ont également investi 24 milliards d’euros apportés aux entreprises du CAC 40 en 2009, le plus souvent pour leur permettre de renforcer leurs fonds propres.

- Les résultats nets des sociétés du CAC 40 ont reculé de 18,7 % en 2009 après un recul de 40,7 % en 2008.

Le genre de communication de l'article déforme la réalité et nuit beaucoup à l'image des entreprises. On est proche de la calomnie !

Quant aux "actionnaires" : il y a environ 8 millions d'actionnaires en France, bon nombre parmi nous et nos collaborateurs le sont sans doute à titre individuel.

Beaucoup d'amalgame donc dans le discours politique...

Didier Margerand,

Président ENAG Quimper

Vice Président du Club d'Entreprises de Cornouaille